Amis d'Uxellodunum  

Activités 2013

Le dossier archéologique du siège d’Uxellodunum

Puy d'Issolud, antique Uxellodunum, fouilles de 1921 Photo J.-P. Girault
Puy-d’Issolud, antique Uxellodunum, fouilles de 1921. © J.-P. Girault
Livre sur Uxellodunum Puy d'Issolud


Vendredi 6 décembre à 17 h, au musée Saint-Raymond de Toulouse

Présentation par Jean-Pierre Girault de son ouvrage et conférence sur l’archéologie de la Guerre des Gaules par Michel Reddé

L'archéologue Jean-Pierre Girault a présenté son ouvrage : "La Fontaine de Loulié au Puy-d’Issolud. Le dossier archéologique du siège d’Uxellodunum", en présence de Vincent Guichard, directeur général de l’EPCC Bibracte, éditeur de l’ouvrage. Très attendue par la communauté scientifique, cette publication dresse le bilan des connaissances sur un site archéologique intimement lié à la Guerre des Gaules, celui du Puy-d’Issolud situé dans le nord du Lot, sur les communes de Vayrac et de Saint-Denis-lès-Martel.

En effet, d’après le texte césarien, Uxellodunum fut le lieu de la dernière bataille de la Guerre des Gaules entre des troupes gauloises emmenées par Luctérios, aristocrate cadurque, et Drappès, un Sénon, et les légions de Jules César. Aulus Hirtius, lieutenant de César, nous raconte la conduite de ce siège et la défaite des Gaulois durant l’été 51 avant notre ère après quelques semaines de combats acharnés.

L’identification du site du Puy-d’Issolud à l’antique Uxellodunum, bien que clairement tranchée par les travaux menés sur le terrain par Jean-Baptiste Cessac, magistrat à Gourdon, puis par des savants sollicités dans les années 1860 par Napoléon III, a pourtant continué de faire débat tout au long du XXe siècle.

À l’initiative de Michel Vidal, alors responsable du service régional de l’Archéologie de la Drac Midi-Pyrénées, Jean-Pierre Girault, infatigable archéologue bénévole, s’est laissé convaincre en 1997, de reprendre les recherches sur le site de la fontaine de Loulié, identifié en 1867 par J.-B. Cessac comme le lieu exact de la bataille. L’un des premiers objectifs était de sauver du pillage ce site connu pour avoir livré, depuis le XIXe siècle, de nombreuses pièces d’armement romain.

Soutenu pendant plus de 10 ans par la direction régionale des affaires culturelles, M. Girault a d'abord rassemblé toute la documentation existante, dépouillé les sources d’archives depuis le Moyen Âge et dressé un inventaire complet des découvertes signalées depuis le XVIIIe siècle. Entouré d'une équipe, il a ensuite repris les recherches sur le terrain : relevés topographiques, études hydrogéologiques, prospections et fouilles ont permis, au fil des campagnes annuelles, de dresser un bilan des connaissances. La confrontation de toutes les sources d’informations a confirmé un combat important vers le milieu du Ier siècle avant J.-C. ayant mis en présence des troupes romaines et gauloises autour de la fontaine : l’armement romain retrouvé depuis le XIXe siècle y dépasse très largement en nombre celui découvert sur tous les autres sites de batailles de la Guerre des Gaules (Alésia, Gergovie…) ; la présence de galeries de sapes, à l’aplomb de la fontaine, confirme le programme d’assèchement de la source par les troupes césariennes décrit par le texte antique.

Le doute n'est plus permis ; les experts scientifiques chargés de suivre les travaux de M. Girault, au rang desquels les meilleurs spécialistes de la Gaule, sont unanimes derrière les conclusions qu’il propose : la fontaine de Loulié est bien le lieu du siège d’Uxellodunum du texte césarien.

La présentation de M. Girault a été suivie d’une conférence sur l’archéologie de la Guerre des Gaules par Michel Reddé, spécialiste des armées romaines et directeur d’études à l’École pratique des hautes études.

Infos pratiques : voir la rubrique : Publications

Cérémonie 17 mai 2013

Jean-Pierre Girault, Chevalier de l’ordre des Arts et des Lettres

Jean-Pierre GIRAULT Chevalier de l'ordre des Arts et des Lettres

Intervenants :

Roger Mialet. Président de l'Association des Amis d'Uxellodunum au Puy d'Issolud
Jean Launay. Député-maire
Jean-Claude Requier. Sénateur-maire
Laurent Séveignes. Représentant le Service Régional de l'Archéologie suite à l' empêchement de Michel Vaginay
Vincent Guichard. Directeur du Centre Archéologique Européen du Mont Beuvray
Evelyne Ugaglia. Conservatrice du Musée St Raymond de Toulouse
Jean-Pierre Girault. Archéologue. Le récipiendaire.



Intervention de Roger Mialet...

Roger MIALET

Messieurs les Parlementaires,
Monsieur le Conservateur Régional,
Monsieur le Directeur du Mont Beuvray,
Mesdames et Messieurs les Elus, en remerciant particulièrement Me Dumas et Mr Liebus de nous recevoir.
Mesdames et Messieurs les Représentants des Associations du secteur de l’Archéologie et du développement local,
Chère Mme Evelyne Ugaglia, Conservatrice du Musée St Raymond à Toulouse qui nous a fait l’honneur de se libérer pour participer à cette cérémonie.
Chers amis fouilleurs et de la famille Chers Eliane et Jean-Pierre,

C’est un grand honneur qui est fait au réseau associatif passionné d’archéologie,
- Les Amis d’Uxellodunum
- L’Association Racines
- La Société des Etudes du Lot,
de vous accueillir ici dans cette salle prestigieuse.

Lors de cette cérémonie je confierai la parole à Mr Launay Député, à Mr Requié Sénateur, à Mr Séveignes représentant le chef du service régional de l’archéologie qui est empêché et auquel nous adressons une pensée amicale, à Mr Vincent Guichard, Directeur du centre archéologique européen, et à Mme Evelyne Ugaglia, Conservatrice du Musée St Raymond qui remettra les insignes de Chevalier des Arts et des lettres à Jean-Pierre Girault lequel aura le juste privilège de conclure cette réunion amicale.

Oui ! Le 17 mai était possible ! La preuve nous y sommes ! Et dans le cadre majestueux du Château des Doyens de Carennac, une parmi les plus belles communes de France, reliée au Puy d’Issolud et à Uxelllodunum par la rivière Espérance !! Nous dirons dans un sourire que ce ne fut pas pour autant un long fleuve tranquille.

Les Amis d’Uxellodunum que j’ai l’honneur de présider ne vous imposeront pas une évocation historique du site qui passionna pendant plus d’un siècle les spécialistes de l’époque gauloise, et pas davantage d’ailleurs un rappel des efforts déployés ces quinze vingt dernières années pour qu’Uxellodunum dispose enfin d’une reconnaissance et d’une valorisation possible.

Ainsi a été engagée une large mobilisation d’historiens et d’archéologues visant à éviter une marchandisation aveugle d’un site dont beaucoup savent la fragilité. D’où, à notre initiative la demande de mise en place d’un Comité Scientifique chargé d’éclairer les décideurs, d’un projet d’animation raisonné d’Uxellodunum, et enfin l’espoir d’une réflexion inscrite dans le cadre plus large du territoire de la Vallée de la Dordogne lotoise en lien avec l’accès à l’autoroute.

Rien de ce qui a été proposé avec générosité et abnégation n’aurait été possible sans les compétences et le dynamisme du réseau lotois des amis de Racines, de la Société des Etudes du Lot, hommage doit être rendu à tous les acteurs bénévoles mus par la volonté de servir l’intérêt général.

A chacun désormais de poursuivre l’œuvre engagée, Uxellodunum mériterait des recherches complémentaires pour mieux connaître l’oppidum du Puy d’Issolud, la contrevallation, le camp de Drappès ainsi que l’organisation des camps romains qui assiégèrent ce haut lieu de résistance alors que la Gaule était déjà promise à participer à l’Empire.

Mais nous sommes ici à Carennac pour fêter celui qui permit à l’Etat, par la voie de notre Conservateur Régional, Michel Vaginay, avec à l’échelon du Lot le concours de Laurent Séveignes, de certifier l’existence des combats dits d’Uxellodunum à la Fontaine de Loulié au pied de l’oppidum.

Depuis 2001 l’histoire s’est accélérée et je ne reviendrai pas non plus sur cet épisode, Uxellodunum depuis plus de 2000 ans témoigne des limites de la violence, de la brutalité réservée aux vaincus ; l’empire romain y a puisé les origines de son déclin et de sa ruine. Uxellodunum retiendra le nom de Jean-Pierre Girault.

Jean-Pierre ! ……Jean-Pierre, le patron chaleureux, passionné, tenace et éclairé des fouilles d’Uxellodunum. Honneur à toi Jean-Pierre, nous sommes fiers, fiers de l’hommage qui t’est rendu aujourd’hui où Vincent Guichard va nous annoncer la parution prochaine de l’ouvrage tant et tant espéré qui fera référence dans l’histoire de la Gaule et des tribus qui résistèrent et témoignèrent d’une civilisation qui nous concerne.

Honneur……honneur et amitié à toi et à Eliane pour sa collaboration si active et si précieuse !

Honneur……honneur et respect pour l’archéologue amateur qui a su oser entreprendre des recherches et des fouilles sur ce site, dans la continuité de Jean-Baptiste Cessac, Antoine Laurent Bruzy et tant d’autres, ton nom …., ton nom, désormais restera définitivement attaché à ce site. Honneur…..honneur et amitié pour ton enthousiasme permanent, ta ferveur qui ont su si souvent bousculer nos petites habitudes. Honneur…..honneur et respect pour le consensus toujours recherché, toujours trouvé malgré et aussi ….grâce à nos différences.

Honneur…..honneur et amitié à nos camarades lotois et particulièrement ceux de Racines et sa commission archéologie animée avec talent par Caroline Mey-Fau, oui,….nous devons remercier Racines, son président Gilles Fau et la Société des Etudes du Lot avec Patrice Foissac.

Les Amis réels d’Uxellodunum sur plus d’un siècle t’adressent cher Jean-Pierre leurs sentiments d’admiration et de gratitude, Uxellodunum aura encore longtemps besoin de tes lumières, de ton expertise, nous serons toujours là pour poursuivre le chantier ouvert. Merci… merci à tous, nous célébrons avec joie un grand serviteur des Arts et des Lettres, le Haut-Quercy fête un enfant du pays, un enfant de Saint Denis, nous éprouvons en ce jour un vrai moment de bonheur au bord d’une rivière qui invite encore et toujours à l’espérance !

Présentation de Evelyne Ugaglia...

Evelyne UGAGLIA

Monsieur le Senateur,
Monsieur le Député,
Mesdames et messieurs les Elus,
Cher Jean-Pierre Girault,
Chère Madame Girault, Monsieur le Directeur du Mont-Beuvray,
Mesdames et Messieurs les Représentants des Associations du secteur de l’Archéologie et du développement local,
Mesdames et Messieurs les archéologues,
Chers collègues, chers amis,

Des circonstances malheureuses ne permette pas à Jean-Pierre Girault de recevoir aujourd’hui, cette distinction qui lui a été attribuée par la Ministre de la Culture, des mains de Michel Vaginay, responsable régional de l’archéologie et éminent représentant du ministère de la Culture en région. J’en suis la première attristée et pour Michel Vaginay, auquel, si vous me le permettez, je souhaite une prompte et complète guérison, et pour vous, cher Jean Pierre, dont je comprends la déception car cette célébration eut été autrement plus symbolique. Mais croyez bien, qu’en tant que responsable d’un des plus grands musées archéologiques de France, je mesure la responsabilité et l’honneur qui me sont faits en me demandant de vous remettre cette distinction et je vous en remercie.

Voilà 56 ans, le 2 mai 1957, alors que vous n’aviez que 18 ans, Jean-Pierre, André Malraux fondait l’Ordre national des Arts et des Lettres «en l’imaginant patrimoine national respecté et envié des artistes, écrivains, créateurs ». Cet Ordre relevait alors de ce que l’on appelait un Secrétariat des Arts et des Lettres avant de devenir la direction des Beaux-Arts puis un Ministère à part entière, celui des Affaires culturelles et enfin l’actuel Ministère de la Culture et de la Communication.

L’ordre des Arts et des Lettres est l’un des rares ordres ministériels à avoir survécu à la création en 1963 de l’Ordre national du Mérite par le général de Gaulle. C’est dire son importance. Il récompense « les personnes qui se sont distinguées par leurs créations dans le domaine artistique ou littéraire ou par la contribution qu’elles ont apportée au rayonnement des arts et des lettres en France et dans le monde » et nous pouvons ajouter également le rayonnement de la recherche et de la diffusion de la connaissance de notre passé, d’une archéologie que l’on pourrait qualifier de nationale mais qui dépasse largement les notions de frontière. Car c’est à ce titre : d’archéologue confirmé que vous, Jean-Pierre Girault, recevez aujourd’hui cette distinction.

Enfant du Pays peut-on dire puisque la Corrèze est à deux pas, lorsque vous naissez à Brive, en 1941, vous ne savez pas que vous êtes le compatriote d’un jeune professeur d’histoire, alors prisonnier de guerre en Allemagne, qui allait devenir après la guerre un éminent Antiquisant mais aussi l’archéologue dont vous croiserez la route quelque vingt ans plus tard ; puisque j’ai nommé Michel Labrousse, directeur de la Circonscription des Antiquités Historiques de Toulouse, puis de la région Midi-Pyrénées de 1946 à 1981. C'est-à-dire le lointain prédécesseur de Michel Vaginay. C’est donc lui qui vous donnera les nombreuses autorisations de fouilles. Cependant, si le premier est un littéraire, poète et rêveur, Jean-Pierre vous êtes plutôt pragmatique et loin de l’archéologie. Vos études vous portent vers la technique, l’électricité, l’électromécanique et vous enchaînez CAP, BEI, BTS d’électromécanique pour terminer par le Conservatoire des Arts et Métiers dont vous sortez diplômé en 1965. C’est à Brive que vous commencez votre carrière, à l’EDF, avant de devenir Ingénieur responsable des moyens informatiques au service conduite du Centre Régional d'Exploitation du Système électrique du Sud-Ouest, à Toulouse. Cela c’est votre métier que vous avez mené avec professionnalisme et rigueur.

Mais une passion vous titille et depuis un certain temps grâce à une rencontre, celle de votre coiffeur. Elle a nom archéologie et dès 1964, c’est avec lui que vous débutez une aventure qui va prendre une ampleur considérable dans votre vie. Vous participez bénévolement à des chantiers de fouilles, les fouilles de sauvetages comme on les nomme alors. C’est l’époque où l’amateurisme bat son plein. Oh pas avec cette connotation péjorative qui prévaut aujourd’hui mais au sens noble du verbe latin amare : aimer, de « celui qui a du goût pour une chose, le recherche et peu à peu en devient un expert ». Car c’est ainsi que vous êtes Jean-Pierre. Ensuite, dès 1972, vous prenez la direction de fouilles plus importantes. Des Dolmens, votre prédilection vous porte vers le néolithique, mais pas que, il y a aussi, des structures protohistoriques, médiévales, des sépultures, des fouilles de sauvetages en milieu urbain, à Vayrac, Carennac, etc.

À partir de 1997, le site de la Fontaine de Loulié à Saint-Denis les-Martel devient votre centre de préoccupation majeur auquel vous consacrerez plus de 20 ans de votre vie, sans compter la post-fouille et la publication. Car vous êtes un passionné mais vous ne fouillez pas pour vous et votre esprit cartésien va vous obliger à reprendre l’historique, à comprendre ceux qui vous ont précédé sur le site, à compiler les données historiques et de fouilles, à amasser une somme de renseignements pour créer une importante base de données et démontrer qu’Uxellodunum, l’ultime bataille de la Guerre des Gaules relatée par César à bien eu lieu au Puy-d’Issolud ! Nouveau Drappès en butte contre tous vos détracteurs pour restituer à César mais plus encore au Cadurque Lucterios et à ses condisciples la mémoire du lieu de leur ultime bataille confronté au géni romain.

Cela nous permettra d’ailleurs de croiser nos routes et de me faire découvrir ce site et vos recherches à la faveur du congrès de l’Association française pour l’Etude de l’Âge du Fer de 2004, à Toulouse, où nous avons partagé la magnifique aventure de l’exposition « Gaulois des pays de Garonne » dont vous étiez un des principaux acteurs.

Pendant toutes ces années vous n’avez de cesse de publier vos découvertes dans les revues des sociétés savantes locales : Bulletin des Etudes du Lot, les Annales des rencontres archéologiques de Saint Céré ou régionales comme les Mémoires de la Samf, voire nationale avec la revue Archéologie médiévale ou Gallia. Mais vous publiez aussi dans des congrès. Vous me permettrez de faire grâce au public de votre longue bibliographie. Cependant, je ne saurai paser sous silence ces deux publications importantes, publiées par l’association Racine aux éditions « Les Monédières » : le premier en 2011, La fontaine de Loulié au Puy d’Issolud et la vallée de la Dordogne, la fin de l’âge du Bronze et le premier âge du Fer ; le second à paraître en 2013.

Car, parallèlement à ces travaux, dès 1972, vous avez constitué un document des plus précieux : un inventaire réalisé sur le nord du département du Lot portant sur tous les vestiges, toutes périodes confondues (Préhistoire, Protohistoire et Histoire), avec une localisation précise sur plans cadastraux et cartes I.G.N. au 1/25000ème. Un travail de longue haleine mais fondamental. Et qui continue aujourd’hui puisque vous répertoriez et dressez les plans de tous les aménagements de la falaise de la Dordogne, de la Fontaine de Loulié à Souillac.

C’est dire Jean-Pierre que vous avez compris très vite que fouiller ne sert à rien si on n’étudie pas, ne publie pas, ne partage pas la connaissance. Vous êtes l’exemple vivant de ce que les archéologues amateurs et bénévoles ont apporté à l’archéologie professionnelle qui se structurait en même temps que vous y consacriez votre temps libre et vos loisirs soutenu par votre chère épouse et votre famille.

Vous êtes devenu un professionnel de l’archéologie !

Vous avez évolué avec sa technicité en appliquant à vos recherches des méthodes nouvelles comme l’électromagnétisme ou l’archéologie expérimentale : en expérimentant, par exemple, les tirs à l’arc ou de fronde pour étayer vos analyses.

Mais rapidement vous prenez conscience qu’il faut concevoir l’archéologie comme un tout et pas seulement comme un élément de la science historique. Fouiller un site c’est l’étudier, le publier, sauvegarder et donc restaurer le matériel mis au jour, mais aussi le protéger et le valoriser. Vous avez ainsi mis vos forces dans ce combat pour Uxellodunum, pour convaincre les pouvoirs publics de son unicité, de cette nécessité impérieuse de transmettre ce patrimoine aux générations futures et donc de le valoriser. Même si hélas vous n’avez pas été entendu et suivi.

Ce professionnalisme qui vous honore, Jean-Pierre, a été reconnu par vos pairs puisque vous étiez chercheur associé au centre de recherche sur la préhistoire et la protohistoire de la Méditerranée à L’École des Hautes Etudes en Sciences Sociales et membre d’une unité mixte de recherches CNRS-Université de Toulouse 2-Le Mirail, l’UMR 5608 TRACES.

Il est donc évident pour tous, Jean-Pierre, si toutefois quelqu’un en doutait, que votre contribution au développement et à la connaissance archéologique du Lot est exemplaire et je voudrais terminer cet éloge en citant une phrase de René Ginouvès qui me paraît vous convenir : « … Pour chaque homme, l'archéologie tout court est un moyen de reconnaître d'un côté, dans toute sa généralité, la nature de l'humanité, mais aussi de retrouver, à côté d'une civilisation en train de devenir universelle, une communauté plus proche, dont l'échelle est mieux accordée à ses désirs et à son action, riche d'un patrimoine original que le temps lui a transmis, et qu'il a pour vocation de préserver et de comprendre avant de continuer à l'enrichir. La quête souvent passionnée du passé exprime alors […] surtout des exigences pour l'avenir de l'homme.»

C’est avec une grande reconnaissance pour l’œuvre accomplie que je vous adresse les hommages de la communauté archéologique.

Cher Jean-Pierre Girault, au nom de la Ministre de la Culture et de la communication, nous vous faisons Chevalier de l’ordre des Arts et des Lettres.


Retour Retour

 

 

English

Accueil

Uxellodunum

Le site

Histoire des terrains

Association

Publications

Activités

Actualités

Galeries de photos

Perspectives

Chronologie

Textes antiques

Ecrits anciens : Puy d'Issolud à Uxellodunum

Fouilles anciennes : résumé

Fouilles anciennes : documents à télécharger

Recherches récentes à la Fontaine de Loulié : résumé

Recherches récentes à la fontaine de Loulié : documents à télécharger

Etudes de chercheurs : documents à télécharger

Promenade géologique et botanique

Articles de presse anciens

Légendes du Puy d'Issolud

Visiter

Contacter

PlansPuy d'Issolud...D'après Paul Bial 1869, dans UxellodunumProvinces de Gaule